Comme vous ne le savez sans doute pas mon compagnon est traducteur. D'ailleurs, si vous avez des petits travaux à faire, en anglais ou en allemand, n'hésitez pas à nous contacter, il se fera un plaisir de vous faire un devis très raisonnable et en toute légalité (il a un statut d'auto entrepreneur pour la traduction tout comme moi pour mes bijoux)

Excusez cette digression, quand on débute il faut bien se faire connaître... Je disais donc, mon compagnon est traducteur et lire certains de mes articles sur les expressions françaises lui a donné l'envie d' élargir nos horizons. Il se fera un plaisir de nous en apprendre plus à l'occasion.

 

Puisqu'en ces lieux, on ne parle pas seulement de Fimo® mais aussi de culture, amusons-nous à traduire littéralement quelques expressions courantes de nos voisins belges/néerlandais, anglais et allemands.
Commençons par une histoire d'animaux, acteurs malgré eux de nos péripéties sociales. Là où le Français se contentera de poser un lapin à une personne qu'il ne souhaite pas ou plus voir, le Flamand ou le Néerlandais préférera... envoyer son chat (« zijn kat sturen ») ! Peut-être lui attache-t-il un message autour du cou, comme on le fait avec les pigeons, pour expliquer les motifs de son indélicatesse ?
Et puisque l'on parlait de chats, intéressons au sort cruel que nous, Francophones, leur réservons quand nous avons moult choses à faire hormis celle que l'on nous soumet au moment le moins opportun. Horreur, damnation : nous les fouettons (« avoir d'autres chats à fouetter ») ! Les Anglophones sont tout aussi cruels, mais bien plus pragmatiques, puisqu'au lieu de fouetter de pauvres félidés sans défense, ils font frire des poissons (« to have other fish to fry », avoir d'autres poissons à frire). Peut-être pour nourrir les pauvres chats français...
Mais pour finir, laissons tranquilles ces pauvres animaux... que nous avons mis dans de beaux draps. Les Allemands, eux, auraient eux du mal, dans une situation équivalente, à garder leurs draps étincelants... puisqu'ils seraient assis dans l'encre (« in der Tinte sitzen ») !
Gageons que les étrangers qui apprennent le français s'amusent autant que nous en traduisant littéralement nos expressions, c'est tout le charme de l'apprentissage des langues étrangères. Enfin, en gardant un minimum de rigueur, pour éviter de trop sombrer dans l'approximation...

Il est cro cro fort...
Il m'avait proposé un article avec François François que j'avais bien entendu refusé (je ne lui ai pas dit "même pas en rêve" mais j'y pensais très fort) et voilà qu'il m'en trouve un qui est tellement raccord avec un article sérieux que je ne peux que m'incliner...
Et je ne le découvre qu'après puisque j'insère ses vidéos en flash, donc sans les voir... C'est à la relecture que m'en suis aperçue. ;)
Et en plus il est tout content de lui...