Avant d'être un dessert fort apprécié en ces fêtes de fin d'année, la bûche participait à un rituel bien établi dans nos campagnes.

En effet, la coutume voulait que, le 24 au soir, on mette dans la cheminée une grosse bûche afin qu'elle brûle pendant plusieurs jours. On l'éteignait à minuit avec de la cendre et on la rallumait le soir suivant.

Elle était bien entendu énorme, cela pouvait être une souche d'arbre fruitier comme l'olivier, et elle devait se consumer selon la région pendant trois jours (tréfeu, trefouet, trefoir suivant les patois), six jours (jusqu'au Nouvel An) ou douze jours (jusqu'à l'Épiphanie).

On devait allumer cette nouvelle bûche avec les tisons de l'année passée et il y avait tout un cérémonial dirigé par le chef de famille.

Suivant les provinces il pouvait l'arroser avec du lait, du vin ou du miel et prononcer des paroles comme: « Cache le feu, allume le feu; Dieu nous comble d'allégresse »

Enfin, il tisonnait les braises afin de compter les étincelles qui représentaient autant de gerbes de blés à récolter: « Bonne année, bonnes récoltes, autant de gerbes et de gerbillons »

Les tisons restants étaient entreposés pour resservir au prochain Noël et les cendres précieusement conservées.

On attribuait aux cendres de nombreuses vertus: remède contre certaines maladies, aide au vêlage, assainissement des champs...

 buche de noel

 

Il est bien dommage que je ne puisse participer à cette tradition, cela m'aurait beaucoup plu. Malheureusement je ne peux imaginer faire tenir une bûche capable de brûler trois jours dans mon insert...

Il ne me reste qu'à vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d'année !!!